Changements climatiques

 Il ne fait plus de doute. Il est nécessaire d’accélérer les efforts de lutte aux changements climatiques au sein des différents secteurs de la société. Pour faire face à ce défi d’envergure, la science et l’innovation sont largement identifées comme pouvant favoriser l’émergence de nouveaux processus, services ou technologies susceptibles de réduire les impacts des activités anthropiques sur l’environnement. Parmi les trajectoires stratégiques s’inscrivant dans ce contexte, il importe de considérer celle des innovations dites « durables ».  

L’innovation durable se définit comme :  

« un nouveau service; produit; ou processus, issu de la collaboration entre différents acteur.rice.s, qui contribue à opérer une transformation socioécologique visant à rendre la société compatible avec les limites  planétaires et à assurer le bien-être humain et la résilience sociétale »  

Dans un contexte d’urgence climatique, il est important de contrer et de mitiger ses effets. Cela passera évidemment par la réduction de gaz à effet de serre (GES) grâce notamment aux différentes transformations énergétiques, numériques et sociales. La thématique des changements climatiques étant complexe, nous avons pris le parti, lors des forums du Grand rendez-vous de l’innovation québécoise, de prioriser quatre dimensions qui s’ajoutent à la mesure standard d’émission de GES : adaptation et résilience, technologies propres, numérique durable et énergie et mobilité durable.

Le présent billet, produit en collaboration avec le Centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable (CIRODD) et Ouranos, propose donc un portrait des enjeux méthodologiques qui ont conduit à la sélection des indicateurs sélectionnés, de même qu’un regard sur les indicateurs retenus et ceux qui devraient éventuellement être mis en place. Les auteurs ont soulevé le fait qu’il existe non seulement un enjeu d’accès aux données en ce moment, mais aussi d’existence même de celles-ci.   

Ci-bas, nous vous présentons un aperçu des indicateurs prioritaires retenus. 

Quatre dimensions thématiques 

  1. Le numérique durable 

L’ubiquité croissante des technologies numériques au sein de la société impose de revisiter ses applications et d’en optimiser les infrastructures pour en faire un levier du développement durable.  

Trois catégories d’indicateurs ont été identifiés ; dématérialisation; optimisation des infrastructures; et appropriation du numérique. Cependant, il existe des jeux de données uniquement pour le premier.  

La dématérialisation implique la mise en place de stratégies innovantes de circularité et d’allongement de la durée de vie pour réduire le besoin de ressources vierges, mais également pour limiter la production de déchets ultimes vers les puits naturels.  

Indicateur : Circularité des résidus des équipements électriques et électroniques 

La circularité des résidus d’équipements électriques et électroniques renvoie à la mise en place et à l’adoption de processus et technologies innovants permettant la réintroduction des produits et matériaux au sein du système socioéconomique par le biais du réemploi et du recyclage.  

L’indicateur de circularité pour le numérique se caractérise par la masse totale (en tonnes) de déchets recueillis pour le réemploi et le recyclage. Selon le type et la source. On remarque qu’un chiffre impressionnant de 278 110 tonnes d’électroménagers sont récupérées en 2018. Ce chiffre est explicable par le programme de Responsabilité élargie des producteurs (REP) qui intègre les appareils ménagers. Par ailleurs, le matériel électronique est encore peu récupéré. En effet, uniquement 21 387 tonnes, tous secteurs confondus, ont été récupérées en 2018. Il sera nécessaire de développer des programmes d’innovation pour favoriser une plus grande récupération du matériel électronique au cours des prochaines années. 

 2- Les approches d’adaptation et de résilience 

Les stratégies d’adaptation et de résilience sont primordiales afin de faire face aux changements climatiques déjà enclenchés. En ce sens, il est jugé prioritaire de se pencher sur les approches d’innovation sociales et institutionnelles.  

Malheureusement, en raison d’un manque de données disponibles, seulement des pistes d’indicateurs peuvent être présentées pour l’instant : les démarches d’expérimentation multiparties/multiniveaux comme accélérateurs de l’adaptation aux changements climatiques; et les investissements dans les démarches expérientielles et multidisciplinaires d’innovation sociale en faveur de l’adaptation aux changements climatiques. 

 

3- Les technologies propres 

Les technologies propres représentent un secteur d’innovation verte puissant pour limiter les changements climatiques, mais également porteur d’un haut potentiel de croissance économique. 

Selon le Gouvernement du Canada, les technologies propres désignent :  

  • Tous les biens ou les services conçus principalement pour contribuer à l’assainissement ou à la prévention de tout type de dommage environnemental;  
  • Tous les biens ou les services qui sont moins polluants ou plus économes en ressources que leurs équivalents ordinaires qui ont une utilité semblable. Toutefois, leur utilité principale n’est pas liée à la protection de l’environnement ». 

 

Les trois indicateurs sélectionnés sont les suivants :  

  • Les revenus tirés de la vente de biens et des technologies propres;  
  • Le PIB du secteur des biens et services environnementaux et de technologies propres; 
  • Le nombre d’emplois liés aux technologies propres. 

Indicateur : Revenus tirés de la vente de biens et des technologies propres  

Cet indicateur se compose des revenus des biens et services de technologies propres provenant des ventes intérieures et de l’exportation. 

 
  1. L’énergie et la mobilité durable

L’atteinte des cibles énergétiques du Québec nécessitera l’appui des créneaux stratégiques d’innovation durable dans le secteur des transports personnels et de marchandises. Dans cette optique, les filières de l’électrification et de l’hydrogène sont des pistes à haut potentiel.  

En raison de la disponibilité des jeux de données à l’échelle québécoise, les indicateurs se concentrent sur la filière de l’électrification des véhicules individuels. 

Indicateur : Immatriculation de véhicules électriques neufs 

L’immatriculation de véhicules électriques neufs permet d’étudier le niveau de pénétration de ce produit dans le parc automobile de la province de Québec. 

Vous êtes invités à le télécharger pour en apprendre plus sur les indicateurs, leurs unités de mesure ainsi que les sources des données utilisées. 

Contribuer

au Baromètre de l'innovation

Le développement du baromètre se veut un processus itératif. Dans cette optique, nous souhaitons élargir notre base de contributeur.rice.s afin d’accroître la quantité de données disponible pour l’alimenter. Utilisez ce formulaire pour nous partager votre intérêt à contribuer.

S'inscrire à l'infolettre

Nous sommes présentement en conception d’une infolettre. Soyez les premier.ère.s à être informé.e.s de nos nouvelles publications en vous inscrivant ci-dessous.

Accepter les communications
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.