Économie

Dans sa mise à jour économique de l’automne 2021, le gouvernement du Québec s’est fixé des objectifs ambitieux en matière de création de richesse et d’accroissement du potentiel économique. En particulier, le gouvernement cherchera à intensifier ses efforts pour rejoindre le niveau de vie de l’Ontario et se fixe deux cibles précises :

  • Réduire l’écart de PIB réel par habitant avec l’Ontario à moins de 10 % d’ici 2026;
  • Rejoindre le PIB réel par habitant de l’Ontario d’ici 2036.

 

Les indicateurs économiques permettent d’évaluer la richesse des pays et sont impactés dans différentes mesures par l’innovation. Ils sont généralement utilisés pour permettre d’évaluer, de comparer et de positionner le Québec en matière de performances par rapport à d’autres provinces ou d’autres pays. Bien que mesurer le produit intérieur brut (PIB) global, la productivité, la création d’emploi ne suffise plus pour appréhender des enjeux tels que la lutte aux changements climatiques, la réduction des écarts sociaux, etc., ce sont des indicateurs nécessaires à conserver pour permettre les comparaisons. 

Quels que soient les indicateurs retenus pour mesurer l’innovation, il existe une vaste littérature empirique montrant qu’à long terme, l’innovation, la recherche et le développement (R-D) ou encore l’adoption de technologies de pointe sont corrélées avec la croissance de la productivité, que ce soit au niveau de l’entreprise ou au niveau agrégé.

Dans le contexte du développement du Baromètre de l’innovation, le présent billet propose une réflexion sur les meilleurs indicateurs disponibles pour rendre compte des dimensions économiques de l’innovation et, ultimement, fournir des mesures fiables de l’évolution de la productivité au Québec et la progression du niveau de vie.

Le PIB et le nombre d’emplois par secteur donnent une vue globale du poids de chaque secteur dans l’économie du Québec. 

Les indicateurs de la productivité 

Le gouvernement du Québec a aussi reconnu que des gains de productivité substantiels représentent l’élément clé pour accroître le potentiel économique du Québec; la productivité représentant le principal levier d’accroissement de la richesse. 

La productivité fait référence à des notions assez vastes et rejoint des concepts comme l’investissement en capital, les changements technologiques et l’innovation. Le lien entre l’innovation et la productivité ou la croissance économique est indéniable, mais demeure difficile à évaluer.  

Le présent billet, produit en collaboration avec le CIRANO, propose donc une réflexion complète sur les meilleurs indicateurs disponibles pour rendre compte des dimensions économiques de l’innovation et, ultimement, fournir des mesures fiables de l’évolution de la productivité au Québec et la progression du niveau de vie.  

Ci-dessous, nous vous présentons un aperçu des indicateurs primaires retenus. 

Trois catégories d’indicateurs 

Trois catégories d’indicateurs économiques sont documentées en priorité.  

1.Recherche et développement (R-D)  

Pour être considéré comme relevant de la R-D, une activité doit comporter un élément de nouveauté, de créativité ou d’incertitude, être systématique, transférable et reproductible.  

Les activités de R-D témoignent de la capacité d’une économie de générer de nouvelles idées pour des produits et des processus améliorés, lesquels stimuleront la transformation de l’économie. Plus les activités de R-D sont intenses, plus une économie sera disposée à innover. 

Indicateurs primaires 

  • Dépenses intra-muros de R-D du secteur des entreprises commerciales 

La disposition de l’économie québécoise à innover est tributaire de l’intensité de ses activités de recherche et développement (R-D). La R-D témoigne de la capacité d’une économie de générer de nouvelles idées pour des produits et des processus améliorés, lesquels stimuleront la transformation de l’économie.

  • Part des dépenses de R-D intra-muros du secteur des entreprises commerciales dans l’ensemble des dépenses intérieures en R-D  
 2.Stratégies d’innovation des entreprises  

Le Manuel d’Oslo de l’OCDE est un cadre normatif internationalement reconnu. Il désigne une innovation comme étant : « un produit ou un processus (ou une combinaison des deux) nouveau ou amélioré qui diffère sensiblement des produits ou processus précédents d’une unité et a été mis à la disposition d’utilisateurs potentiels (produit) ou mis en œuvre par l’unité (processus) ». Dans sa plus récente version, il permet de distinguer l’innovation de produit de l’innovation de processus d’affaires. 

Indicateurs primaires 

  • Pourcentage des entreprises qui ont introduit sur le marché un bien ou un service nouveau ou amélioré qui différait considérablement des biens ou des services qu’elles avaient offerts précédemment 
  • Pourcentage des entreprises qui ont mis en œuvre un processus nouveau ou amélioré, relatif à une ou plusieurs de leurs activités de base (production de biens ou de services) ou de soutien, et qui différait de manière significative des processus qu’elles avaient employés précédemment  
 3.Création de connaissances et propriété intellectuelle  

Les brevets sont utiles pour évaluer les retombées de la R-D. Plus les entreprises brevètent dans les mêmes classes ou familles de brevets, plus elles sont nombreuses à mener de la recherche dans un domaine donné, et plus elles profitent des recherches et inventions des autres, favorisant le transfert de technologies. Par contre, dans certains domaines, il est plus difficile de breveter et les entreprises doivent alors choisir d’autres moyens de protection de la propriété intellectuelle. 

De plus, bien que les brevets fournissent des mesures intéressantes au sujet des retombées des activités d’innovation, ils comportent certaines limites. Des approches plus novatrices pourraient être explorées dans l’avenir.  

Vous êtes invités à le télécharger pour en apprendre plus sur les indicateurs, leurs unités de mesure ainsi que les sources des données utilisées. 

Contribuer

au Baromètre de l'innovation

Le développement du baromètre se veut un processus itératif. Dans cette optique, nous souhaitons élargir notre base de contributeur.rice.s afin d’accroître la quantité de données disponible pour l’alimenter. Utilisez ce formulaire pour nous partager votre intérêt à contribuer.

S'inscrire à l'infolettre

Nous sommes présentement en conception d’une infolettre. Soyez les premier.ère.s à être informé.e.s de nos nouvelles publications en vous inscrivant ci-dessous.

Accepter les communications
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.